Qui est ton sponsor?


Entretien: Anastasia Lelyukh

SOCIÉTÉ JURIDIQUE AHMED IBRAHIM AVOCATS ET CONSULTANTS JURIDIQUES CONTINUE DE CONNAÎTRE NOS LECTEURS DE LA LÉGISLATION DES ÉMIRATS ARABES EN FOURNISSANT DE LEUR AVIS ET DES EXPLICATIONS DE VALEUR. AUJOURD'HUI, NOTRE VOISIN EST RAMI MUHAMMED BEDERY, CONSULTANT JURIDIQUE AHMED IBRAHIM, AVOCATS ET CONSULTANTS JURIDIQUES.

AUJOURD'HUI JE VOUDRAIS AFFECTER UN TEL SUJET COMME LA «LOI SUR LES SOCIÉTÉS DES EAU». LE MOYEN LE PLUS FACILE D'OUVRIR UNE ENTREPRISE PRIVÉE AUX EAU - FAITES-LE DANS L'UNE DES ZONES ÉCONOMIQUES LIBRES DISPONIBLES DANS TOUS LES ÉMIRATS DU PAYS. Lors de l’ouverture d’une entreprise dans la zone économique, un homme d’affaires étranger n’aura pas besoin d’aide ni de la participation, c’est ainsi que l’un d’eux le nommera le «parrain» qui pourrait apparaître. PAR CONSÉQUENT, L’ENTREPRENEUR ÉTRANGER A "DES MAINS VERROUILLÉES". IL PEUT FAIRE DES AFFAIRES AINSI QUE SANS RENSEIGNER CE "SPONSOR" À CE MOMENT, PAS "SHAKING" À CHAQUE FOIS DE CHANGEMENT OU D'INNOVATION. LE SEUL PROBLÈME AVEC QUELQU'IL PEUT FONT FAIRE FACE - CELLE-CI EST AVEC SON SUCCÈS SON ACTIVITÉ DANS LES ÉMIRATS, COMME TELLEMENT DEMANDÉE SERA SES SERVICES OU MARCHANDISES.

Cependant, tous les hommes d'affaires ne veulent pas ouvrir de sociétés dans la ZES, certains d'entre eux veulent, pour diverses raisons, travailler dans l'émirat. Dans ce cas, ses actions seront sous le contrôle de la "Loi sur les sociétés émiriennes n ° 8 de 1984".

Conformément à cette loi, une société opérant en dehors de la ZES doit obligatoirement avoir un "sponsor", un citoyen des EAU qui contrôlera 51% de ses actions ou qui en détiendra la majeure partie. Dans les cas où un citoyen des EAU ne participe que «passivement» à la création d'une entreprise, il ne reçoit généralement pas un pourcentage de ses bénéfices. Il ne recevra qu'un montant déterminé et fixe au cours de l'année et pas plus. Selon l'accord entre le propriétaire de l'entreprise et le "sponsor". Je suis convaincu que la majorité des entreprises entretiennent de telles relations entre des hommes d’affaires étrangers et des émiratrats qui sont des "sponsors", bien que les émirats soient désignés comme des "partenaires" dans les documents juridiques.

Il convient de noter que parfois à cause de cela, divers types de conflits et de malentendus se produisent. Après tout, selon les documents, le citoyen local passe à un seul titre, mais en réalité, il n'est souvent ni propriétaire de la société, ni son investisseur, mais il souhaite réaliser un profit tel que spécifié dans les documents constitutifs de la société. Dans ma pratique, j'ai souvent rencontré de tels cas.

Il semblerait que dans de tels cas l'investisseur puisse prouver son cas? Cependant, il existe un moyen de sortir. Un investisseur fraudé peut déposer une plainte contre un «sponsor», conformément à l'article 404 du Code pénal des Émirats arabes unis, intitulé «Tromperie de confiance». Malheureusement, de tels problèmes ne peuvent pas toujours être résolus avec l'aide du droit pénal. Du point de vue de la prise en compte de tels problèmes par le droit civil, cela est difficile. En outre, un acte législatif est récemment entré en vigueur aux Émirats arabes unis. Si une personne falsifie des documents ou si les informations qu’ils contiennent sont fausses, l’investisseur et le sponsor seront punis devant le tribunal.

Compte tenu de tous ces faits, je conseillerais bien sûr aux investisseurs étrangers d’ouvrir des sociétés dans la ZES, si possible. Bien entendu, ce n’est pas une solution universelle aux problèmes, car il existe de tels types d’entreprises interdites par la loi dans la zone franche économique. Dans les ZES, la création d’entreprises actives dans les domaines de l’importation, de l’exportation et de la logistique est autorisée. S'il s'agit de commerce, ce type d'entreprise devrait déjà être organisé par le biais de sociétés situées en dehors de la ZES.

Il convient également de noter que les autorités du pays ne permettent à leurs citoyens que de se livrer à certains types d'activités et de faire des affaires. Par exemple, dans l'immobilier, toutes les parcelles de terrain et tous les biens immobiliers ne sont pas vendus en pleine propriété et sont disponibles à l'achat par des étrangers. Par conséquent, il arrive parfois que des transactions soient exécutées au nom d'un citoyen local, mais qu'un investisseur étranger en paie le coût. Agir en tant qu'agent commercial ou agence immobilière est également autorisé aux citoyens locaux.

À cet égard, je recommande vivement aux investisseurs étrangers et aux hommes d’affaires véritablement propriétaires du capital de se protéger eux-mêmes, leur capital, leur temps et leur énergie, en s’assurant d’avoir obtenu une assistance juridique professionnelle avant l’ouverture de la société.

Par exemple, notre société possède une riche expérience dans la préparation de documents de ce type, des documents pouvant aider les hommes d’affaires à éviter les problèmes. Légalement, ils stipuleront des informations sur le propriétaire de l'entreprise et le propriétaire de son capital fixe. Il arrivait parfois qu'un «parrain» local mourût de façon inattendue. Les membres de sa famille, ne sachant pas qu'il n'était pas vraiment le véritable propriétaire du capital, demandaient à l'investisseur étranger de payer immédiatement tout l'argent sans y avoir droit. Afin d'éviter de telles situations, il est important pour un investisseur étranger de disposer d'un document indiquant clairement qui et quel rôle joue dans l'entreprise.

En outre, je voudrais noter qu'un investisseur ne devrait jamais faire confiance aux promesses de quiconque. Tous les documents ou toutes les promesses doivent être faits par écrit et, de préférence, avant de les signer, consultez un avocat. En cas de litige, de conflit et si l'affaire doit être jugée, le tribunal considérera et reconnaîtra uniquement un document écrit signé et correctement exécuté.

Pensez-vous qu'il est possible d'annuler le système de "sponsoring" aux EAU?

Par exemple, à Bahreïn et en Jordanie, cela s'est déjà produit. Je pense qu'aux EAU il y a une telle possibilité. Après tout, la loi sur les sociétés, sur laquelle tout le monde est guidé, a été écrite et adoptée il y a plus de 20 ans. Bien entendu, certaines de ses dispositions sont dépassées et ne répondent pas aux réalités modernes. Bon nombre des changements survenus au fil des ans ne sont pas reflétés dans cette loi. Les affaires et l'esprit d'entreprise dans le pays ont évolué et se sont depuis considérablement développés. Donc, oui, c'est non seulement possible, mais nécessaire.

Les domaines d'activité dans lesquels le parrainage peut être annulé doivent inclure tous les domaines qui ne sont pas directement liés et qui ne peuvent pas affecter la sécurité du pays.

Comment commenteriez-vous la réduction de la validité des visas de résident de trois à deux ans? Comment cela peut-il affecter l'activité et les affaires dans le pays?

Je pense que réduire la validité des visas de résident peut nuire aux entreprises. Mon avis est que leur effet, au contraire, devrait être étendu à cinq ans, voire plus. Pourquoi un investisseur étranger, investissant dans le développement du pays et des entreprises, devrait-il se charger du problème de la mise à jour de son visa de résident? Les hommes d’affaires et les entrepreneurs sont généralement très occupés, leur horaire de travail est planifié plusieurs mois à l’avance. Un visa de deux ans pour eux est extrêmement gênant.

Il me semble que le meilleur moyen serait de créer plusieurs catégories de visas pour les hommes d’affaires. Ainsi, les employés peuvent obtenir un visa valide pour un an à trois ans. Cela dépendra de leur contrat de travail.

La durée d'un visa pour les petits et moyens investisseurs qui investissent entre un et cinq millions de dollars dans le développement de leurs entreprises aux EAU devrait, à mon avis, être d'au moins cinq ans. Des visas pour les investisseurs attirant des capitaux de plus de cinq millions de dollars dans le pays devraient leur être délivrés pour une période d’au moins dix ans, ce qui les inciterait considérablement à investir de plus en plus de fonds.

SOCIÉTÉ DE DROIT AHMED IBRAHIM AVOCATS ET CONSULTANTS JURIDIQUES

La société est spécialisée dans des domaines du droit tels que: le secteur bancaire; résoudre les problèmes liés à la dette et à son recouvrement; loyer, immobilier, assurances, propriété intellectuelle, marques commerciales, institutions commerciales, sociétés offshore, commerce électronique, ventes internationales, droit maritime, droit pénal et ses aspects liés au blanchiment d'argent, infractions pénales, drogues, infractions douanières, crimes dans le domaine des technologies de l’information, les violations du droit de l’immigration et bien d’autres encore.

Regarde la vidéo: QUELLES SONT LES CONDITIONS QUE TON SPONSOR DOIT REMPLIR AVANT DE TE RECEVOIR CHEZ LUI ? Réponse ! (Décembre 2019).